Hypnose

Le Corps & L’Esprit sont connectés

un et l’autre sont aussi indissociables que les pensées et les émotions, explique le psychiatreChristophe André.

Pour ce grand partisan de la psychologie positive, apprendre à gérer ces interactions nous permet d’améliorer notre santé.

Nous sommes une nation plus intellectuelle que sentimentale, et cela a exercé une influence sur notre rapport au corps. Longtemps, nous l’avons traité comme un outil. Nous en attendions le silence, c’est-à-dire : la jouissance des organes et des sens, l’obéissance pour nous transporter et nous servir.

Descartes insistait sur la prééminence de l’esprit sur le corps, mais n’incitait pas pour autant à négliger ou ignorer ce dernier.

Aujourd’hui, nous savons que le corps et l’esprit ne sont ni la même chose ni deux choses totalement séparées : ce sont deux entités différentes mais très étroitement connectées. Comprendre ces interconnexions peut énormément nous apporter.

Diderot et Rousseau ont, les premiers, réhabilité le corps, en montrant combien l’humain est un être sensible et à quel point ses ressentis corporels et émotionnels contribuent à son équilibre et son identité.

A partir du 20eme siècle, médecine, psychologie et neurosciences ont exploré de manière scientifique la notion d’intelligence du corps.

Nous comprenons désormais le corps non comme un empilement d’organes sur lequel régnerait le cerveau, mais comme une entité complexe et subtile, siège d’une foule d’interactions. Il en va de même avec la nature : l’écologie nous a appris qu’on ne peut plus la voir comme une simple addition d’animaux et de végétaux, mais qu’il faut la considérer comme un ensemble intelligent dans lequel toutes les espèces sont reliées.

Il existe pareillement une écologie corporelle, et tout ce qui concerne le corps concerne aussi le cerveau, donc l’esprit. Le corps représente une source considérable d’informations et d’outils pour permettre à l’esprit de bien faire son travail : par exemple, l’attention prêtée aux messages corporels est une aide précieuse.

 L’esprit a besoin du corps pour se réguler : lorsque nous sommes stressés, nous pouvons mieux nous apaiser par le souffle et la détente musculaire que par nos pensées. Mais cela n’est spontané, nous devons l’apprendre par des exercices de relaxation, de méditation, qui vont peu à peu modifier nos câblages cérébraux.

Les « pouvoirs de l’esprit » sont en réalité des pouvoirs de l’entrainement de l’esprit ! Et cet entrainement mobilise énormément le corps, notamment par le biais de la régulation des émotions.

Elles sont à l’exacte interface du corps et de l’esprit, et s’expriment de manière simultanée dans ces deux dimensions : une émotion se traduit toujours par l’apparition de modifications physiques et de contenus mentaux.

Dans certains cas, l’émotion commence dans le corps : « je me sens physiquement mal à l’aise devant quelqu’un qui me ment ou me manipule, avant même de l’avoir compris intellectuellement.

Dans d’autres cas, elle commence dans l’esprit : lorsque j’anticipe des soucis à venir, mon corps réagit comme s’ils étaient vraiment là (c’est l’anxiété). On estime aujourd’hui que pensées et émotions sont indissociables, comme les deux faces d’une carte à jouer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *